mercredi 21 juin 2017

Faites de la Musique

Un petit tour de guimbarde, ça vous dit ?


Jongen met mondharp
(Jeune homme avec une guimbarde)
Dirck van Baburen - 1621
Centraal Museum, Utrecht, Pays-Bas




Un des plus anciens instruments de musique du monde, et l'un des plus petits, la guimbarde se joue en la tenant d'une main entre les lèvres et en faisant vibrer sa lamelle avec l'autre main, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, incluse dans la notice du musée d'Utrecht :







Dans de nombreux pays du monde, la guimbarde fait partie de la musique traditionnelle et du folklore. En Asie, son usage est inscrit au patrimoine culturel immatériel de plusieurs pays.





Boy Playing a Jew’s Harp
(Garçon jouant de la guimbarde)
Sir Peter Lely, vers1648
Tate gallery, Londres (lire la notice)




Le Vietnam est l'un des pays asiatiques où l'usage de la guimbarde (Dàn môi) fait partie des traditions.

Dans la vidéo ci-dessous le fonctionnement de la guimbarde est clairement expliqué par Trần Quang Hải, ethnomusicologue dont le domaine de recherche est la musique vietnamienne, la musique asiatique, et le chant diphonique sibérien.

Petite parenthèse, Trần Quang Hải est le fils du professeur Trần Văn Khê spécialiste de la musique traditionnelle du Viêt Nam.






Outre la guimbarde, une des spécialités de Trần Quang Hải est sa maîtrise du chant diphonique.

Il est capable de produire une mélodie en même temps qu'il émet une basse continue avec sa voix de gorge. Écoutez bien, c'est inouï :










The Jew's harp (La Guimbarde)
huile sur toile (collection privée)
d'après le tableau de David Wilkie (1785-1881)
conservé à la Sudley House,
l'un des musées nationaux de Liverpool (notice)



Autre exemple de chant diphonique, le Khöömei mongol, inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO depuis 2009-2010 :







Le titre de la vidéo ci-dessus est "canto armonico Tuvano - kargyraa" ce qui nécessite quelques explications.

Tuvano correspond aux Touvains, un peuple turcophone de culture mongole de l'Altaï qui (depuis 1992) fait partie de la Fédération de Russie.

Kargyraa désigne une des ornementations possibles du chant diphonique mongol "khöömei" effectuées avec diverses parties du corps. Kargyraa correspond au poumon.




Civil War soldier playing a mouth harp
(Soldat de la guerre de Sécession jouant de la guimbarde)
John Donaghy - aux alentours de 1863
Collection privée


Pour terminer cette petite promenade autour de la guimbarde, retour à cet instrument proprement dit, magistralement joué dans la vidéo ci-dessous par une artiste hors pair, qui sait faire cavaler sa guimbarde à toute allure et nous entraîne avec elle dans sa magie réellement chamanique.

Mettez vos écouteurs, croyez-moi cela en vaut la peine :






Vous en conviendrez, Olena Podluzhnaya Uutai (ukrainienne d'origine, mais yakoute de cœur) mérite amplement le titre de "shaman lady" !

Dans cet entretien, elle dit que la guimbarde (utilisée par beaucoup de peuples à travers le monde) est la clé de tous les cœurs. Qu'elle est un symbole de l'amitié et de l'unité entre les gens car sa musique porte le souvenir des ancêtres. La guimbarde recèle beaucoup de mystères que nous ne pouvons pas tous comprendre, mais qui peuvent se ressentir au niveau du subconscient.

Pour elle la sonorité de la guimbarde est proche des sons de la nature. Elle rétabli l'équilibre en nous-mêmes en communiquant avec les esprits du vent, de l'eau, des arbres, du soleil, de la lune et de la lumière des étoiles. Vive la guimbarde !




Et Vive l'Été..
..pas trop chaud, tout de même !




©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2017